Suite à ma publication de l’interview d’archiduchesse j’ai eu pas mal de personnes qui m’ont demandé à être interviewé sur Loup futé ! Je vais donc publier une interview tout les mois (au minimum) et je vais également lancer des interview vidéos. Bref voici la première interview du mois de décembre sur la boutique en ligne Abbie & Rose.

 

abbie and rose

 Interview

Q. Bonjour Gilles, pourrais-tu présenter « Abbie & Rose » pour mes lecteurs ?

R. Bonjour Kevin, et merci de m’accueillir sur le Loup Futé !

Abbie&Rose est tout d’abord un jeune label de prêt-à-porter pour hommes que j’ai cofondé avec 3 associés. Nous sommes spécialisés en chemises et proposons un vestiaire ‘casual-chic’ bien coupé et de qualité.

Ceci dit, c’est aussi un véritable projet que nous avons construit sur base de nos passions et nos valeurs – amitié, plaisir du t
ravail bien fait et simplicité le tout en n’oubliant pas de nous amuser et en essayant d’entraîner un impact positif dans le sillage d’Abbie&Rose…

Q. Combien êtes-vous aujourd’hui et qui fait quoi ?

R. Aujourd’hui, je suis seul à la barre pour développer Abbie&Rose, mais j’ai toujours le plaisir de pouvoir compter sur mes 3 associés qui ne sont jamais très loin et qui ont des expertises particulièrement bien complémentaires – ceci nous permet de faire encore pratiquement tout en interne, avec une équipe très limitée.

Q. Pourquoi vendre des uniquement des Chemises ?

R. Les raisons sont multiples… L’une d’entre elles est que nous sommes convaincus que la chemise casual a un réel avenir devant elle : on assiste à une véritable « déformalisation » de l’uniforme de travail : fini le costume cravate, bienvenue à la tenue plus décontractée.

En outre, nous voulons être reconnus dans notre métier de base avant d’envisager de passer à autre chose, rien ne sert de vouloir tout faire en même temps… Or la chemise est véritablement notre métier car on s’appuie sur l’expertise de mon associé Jacques qui compte plus de 35 ans d’expérience dans ce domaine !

Q. Quel a été votre plus gros problème lors de cette aventure e-commerce ? Et votre plus grande satisfaction ?

R. Une jeune marque doit toujours convaincre avant de pouvoir s’imposer : sur la qualité, la coupe… mais aussi simplement sur son « honorabilité » – je pense que nous avons franchi cette étape avec brio avec des commandes qui viennent essentiellement de France et de Belgique, mais également plus occasionnellement de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Irlande ou encore à titre plus anecdotique de Monaco ou de Saint-Barths. C’est sans nul doute notre plus belle satisfaction !

La plus grande difficulté est un problème très pratique : la logistique. Nous sommes basés à Bruxelles et les coûts de livraisons sont pour nous bien plus élevés que pour des entreprises française, allemandes ou britanniques – nous ne pouvons les reporter sur le client, nous devons donc sacrifier une partie de notre marge.

Q. J’ai remarqué que vous n’aviez pas de blog, pour quelle raison alors que toute le monde dit qu’il faut un blog pour une boutique ?

R.  Disons plutôt que nous n’avons pas encore de blog… Je suis effectivement convaincu de la valeur ajoutée d’un blog pour une boutique en ligne, mais comme je le disais, je suis seul à la barre – j’ai donc préféré commencer sans blog plutôt que d’en avoir un sans être capable de le mettre à jour… c’est donc dans les cartons, mais il faudra encore un peu de patience…

Q. Comment faites-vous pour vous faire connaitre, et plus particulièrement pour avoir autant d’article de presse ?

R. A la base, notre notoriété s’est essentiellement développée par le bouche-à-oreille, des amis très enthousiastes avec notre projet sont devenus de véritables porteurs de bonne parole… et de fil en aiguille, certains amis d’amis le sont aussi devenus… puis même des amis d’amis d’amis ! Et finalement, Abbie&Rose est arrivé aux oreilles de quelques journalistes qui nous ont donnés nos premiers échos.

Tout ça s’est passé très rapidement au début. Nous avons alors développé un dossier de presse en bonne et due forme. Il

est généralement bien apprécié par les journalistes notamment parce qu’il rompt un peu avec les usages et qu’il met de bonne humeur  – c’est du moins les échos et le feedback que nous avons reçus.

Q. Quelles sont les perspectives, vous comptez vous diversifier ou rester dans la vente de « Chemises » exclusivement ?

R. Pour nous l’important est vraiment d’être reconnus dans notre métier : la chemise – la suite ce ne sera que du bonus, mais ce n’est pas non plus pour tout de suite.

Q. Pour finir, Quel conseil donnerais-tu à une personne qui souhaite se lancer dans l’e-commerce ?

R. Il y a encore de la place sur la toile, ce n’est pas encore un marché mature, chaque jour je vois de nouvelles idées ou initiatives en e-commerce, je trouve ça fascinant. Quand on a des bonnes idées, il faut foncer… mais attention à bien garder les pieds sur terre : aujourd’hui il faut d’emblée avoir un business model qui tienne la route : fini les « on a les clients, mais pas les revenus »…

 

Voilà j’espère que vous avez aimé cette petite interview et que vous tenterez l’aventure du e-commerce à votre tour ! En attendant allez voir les chemises d‘abbie & rose sur leur site : www.abbieandrose.com

 

Men are boys with shirts

piedarticle

A propos de l'auteur

Entrepreneur depuis déjà plusieurs années. C'est par passion pour le commerce et le marketing qu'il lance son blog en ligne nommé Loup Futé. Il y propose ses conseils, sa vision et ses critiques dans des des articles thématisés sur la vente en ligne et ses dérivés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.